Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 10:26

Un soupçon légitime (War er es ? – 1ère publication en 1987) de Stefan Zweig, traduit  de l’allemand par Baptiste Touverey.


un soupçon legitime stefan zweigUn couple âgé décide de s’installer dans un endroit isolé de la campagne anglaise et y fait construire une petite maison. A quelques temps de là, un jeune couple y fait également bâtir sa maison. Les deux couples voisins se lient d’amitié. Le jeune homme est particulièrement excessif dans ses sentiments et dans leur expression. Un jour, il adopte un chien, Ponto, qu’il se met à vénérer à un point tel que l’animal devient petit à petit le maître tyrannique de la maison. Mais la jeune femme tombe enceinte et le chien voit, d’un très mauvais œil, l’adulation dont il est l’objet remise en cause.

 

Peut-être qu’au vu du succès –inattendu ?- en 2008 de l’édition de la nouvelle inédite de Zweig "Le voyage dans le passé", l’éditeur a cru pouvoir renouveler le coup l’année suivante avec cette autre nouvelle inédite qu’est "Un soupçon légitime" ? Malheureusement pour lui, il semblerait que les chiffres de ventes –plus que corrects cependant- de cette nouvelle parution n’aient pas été à la hauteur de la précédente.

De fait, cette nouvelle n’est pas au niveau du petit bijou publié antérieurement. Mais attention : elle est très très loin néanmoins d’être dénuée d’intérêt ; d’abord parce que, quoi qu’en en dise, cela reste du Zweig et, en soi, c’est déjà un gage de qualité –et de plaisir-.

Car on y retrouve ce qui participe pleinement du charme de l’écrivain : le style, beau (oui, beau !), aérien, précis, riche mais toujours d’une extrême lisibilité ; la finesse, la justesse des observations psychologiques, la pertinence, la subtilité des portraits des personnages. Tout cela à tel point que l’anthropomorphisme de la narratrice vis-à-vis du chien qui transparaît parfois ne pose aucun problème au lecteur et celui-ci l’accepte entièrement.

Au total, cette nouvelle, écrite sans doute vers la fin des années 30 d’après ce que suppute le traducteur,  n’est sans doute pas celle qui convient à qui voudrait découvrir Stefan Zweig (préférez-lui ces petits chef-d’œuvres que sont les plus réputés "Lettre d’une inconnue", "Le joueur d’échecs", "La confusion des sentiments" ou "24 heures de la vie d’une femme", par exemple). Mais sa lecture m’apparaît néanmoins indispensable aux amateurs de l’auteur, ne serait-ce que, pour une paire d’heures, entendre à nouveau, avec délice, la voix de Zweig.

Alors finalement, si la publication d’œuvre de –un petit peu- moindre qualité de Zweig permet de maintenir ce merveilleux auteur au goût du jour (comme le montrent les tirages des rééditions de poche), qui s’en plaindrait ?

 

PS : pour les germanistes, comme c’était déjà le cas avec "Le voyage dans le passé", la version  originale en allemand du texte suit sa traduction en français.

 

Stefan Zweig sur Wikipedia france

Site consacré à Stefan Zweig


Partager cet article

Repost 0
One More Blog in the Ghetto - dans Littérature: Classique
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives