Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 10:58

Misterioso de Arne Dahl (2008 - Traduit du suédois par Rémi Cassagne)


Misterioso Arne Dahl Des magnats de la finance suédoise se font assassiner l’un après l’autre chez eux de deux balles à travers la tête. Un tueur en série est à l’œuvre. Le Groupe A est chargé de l’enquête...

 

 

 

 

 

 

Après Sjöwall & Wahlöö, après Henning Mankell, après Ake Edwardson, après Hakan Nesser, le filon du polar suédois (quasiment un sous-genre à lui tout seul !) nous propose Arne Dahl avec Misterioso, premier volume d’une série de dix consacrée à une unité spéciale de la police suédoise baptisée "Groupe A".
Les 50 premières pages du roman laissent dubitatif car l’auteur ne mégote pas sur les clichés, dans le style comme dans le déroulement de l’histoire : un premier chapitre mystérieux dont le lien avec le reste n’apparaîtra qu’après 200 ou 300 pages ; l’insertion dans le cours de l’histoire de courts chapitres racontés du point de vue du tueur ; un personnage principal, Paul Hjelm, flic efficace mais brutal, aux prises avec la police des polices et sur le point d’être foutu à la porte au moment où il est recruté pour intégrer le Groupe A ; et la présentation des autres membres de ce groupe n’échappe pas non plus au sentiment de "déjà-lu" -il y a notamment la femme-flic-célibataire-mais-jolie, le-gros-balèze, le-flic-d’origine-ethnique-d’un-pays-du-sud... Même si l’écriture n’est pas désagréable, tout cela, on l’a tellement souvent déjà rencontré qu’on craint le pire.
Mais, a posteriori, on aura l’impression que l’auteur a voulu se débarrasser assez rapidement de cette mise en place pour se plonger dans le cœur de l’enquête.
Car dès que celle-ci démarre à proprement parler, l’amateur de "polars suédois" retrouve alors tout ce qui fait l’agrément du genre : la progression lente et détaillée des investigations, la recherche minutieuse des indices, les fausses pistes, les réunions de groupe quotidiennes, les avancées par à-coup, les problèmes de vie personnelle des protagonistes qui prennent peu à peu de l'épaisseur, les moments d’introspection du personnage principal, le constat amer sur l’évolution de la société suédoise, etc. ; toutes choses auxquelles nous ont habitué les devanciers de Dahl mais qu’on retrouve ici avec plaisir, l’auteur montrant alors son savoir-faire.
S’il ne renouvelle donc pas le genre, Dahl fait quand même entendre "sa petite musique" personnel par rapport à ses prédécesseurs : son personnage central est un flic moins policé, franchissant parfois la limite de l’abus de pouvoir (il se fait même traiter de "Dirty Harry") ; des traits d’humour, plutôt rares habituellement dans ce style de polar, parsèment le récit ; la critique des mœurs économiques de la Suède des années 90 est plus directe...
Finalement, ce livre n’est pas celui que je recommanderais à qui voudrait découvrir "le polar suédois". Mais, bien mené, prenant, une énigme solidement construite, passé donc les 50 premières pages, il satisfait l’amateur de ce "sous-genre". Et puis, me souvenant des premiers S&J ou des premiers Mankell en regard de ce qu’ils ont fait ensuite, j’ai envie d’être indulgent à l’égard de ce livre qui porte en lui le potentiel d’une série offrant pas mal de perspectives et je lirai volontiers le prochain volume.
Quant au titre, Misterioso, il devrait faire tinter une petite clochette à l’esprit des amateurs de Théolonius Monk.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives