Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 13:40

Seven ages of rock (2007), série de sept émissions pour la BBC - producteur William Naylor, producteur exécutif Michael Poole.

Seven ages of rockVoilà une série d’émissions pas mal pour ceux qui veulent réviser leur histoire du rock. La série se compose de sept parties d’un peu moins d’une heure (hormis la derrière d’une heure trente) constituant, aux yeux des auteurs, sept périodes de l’histoire du rock. Le concept de l’émission repose sur le principe de poser un groupe ou musicien comme représentatif d’une de ces périodes et de s’en servir comme fil rouge. La division est discutable mais n’est pas si idiote, dans le fond. Cela démarre avec "The birth of rock", c’est-à-dire la révolution rock des années 60 basée sur le blues et vue à travers Jimi Hendrix, avec les Stones, The Who, les Beatles, Dylan, Cream ; puis "White light, white heat", soit l’"art rock" et le rock théâtral, les premières expériences de rock multimédia autour de Pink Floyd, avec le Velvet Underground, Roxy Music, David Bowie, Genesis époque P.Gabriel ; "Blank Generation" ou le coup de balai punk, de Londres à New York, autour des Sex Pistols avec The Clash, Buzzcocks, Patti Smith, Ramones, Television; "Never say die", le métal envisagé comme une forme rock résistant au temps, basé sur Black Sabbath, avec Deep Purple, MetallicaIron Maiden, Judas Priest; "We are the champions", ou les groupes remplissant des stades de plus en plus colossaux, avec Queen et aussi Led Zep, Springsteen, Dire Straits, U2, Police (largement la partie la plus faible musicalement) ; "Left of the dial", l’éveil d’un rock alternatif US, Nirvana et également Black Flag, R.E.M., Pixies ; enfin "What the world is waiting for", l’indie britannique, avec autour d’Oasis, The Smiths, The Stone Roses, Suede, Blur, The Libertines, Franz Ferdinand, The Artic Monkeys...

Même si ces émissions sont conçues selon la formule ultra classique commentaire-images d’archives-interviews, on s’y laisse volontiers prendre; parce que les images d’archives réveillent la nostalgie qui sommeille en tout amateur de rock de longue date, parce que les commentaires sont loin d’être idiots et resituent plutôt bien chaque période dans l’évolution du rock (voire parfois, de façon plus vaste, dans son contexte sociologique) et parce que les interventions d’acteurs de l’époque (interventions qui font parfois un brin mal au cœur quand on constate les ravages du temps...) sont pleines d’anecdotes parfois pas mal révélatrices.

Bien sûr, bien sûr, chacun ne manquera pas de s’emporter en beuglant « Mais ils parlent pas de X, Y ou Z!! », groupe sans doute primordial négligé par l’émission. Il est vrai que l’ensemble à un aspect de survol général - avec quelques points de focalisation - et que de plus l’impasse est faite sur des pans entiers du rock (rien ou peu s’en faut sur les pionniers du rock des fifties, rien sur le rock post-punk/new wave du début de eighties, par exemple). On y aborde néanmoins assez intelligemment quelques moments-clefs tels que Woodstock (où l’on voit que les spectateurs partaient durant la prestation d’Hendrix !), Altamont, le concert du Jubilée sur la péniche, le procès de Judas Priest, Band Aid...

Selon son tropisme rock, chacun pourra quant même y voir et entendre de quoi prendre plaisir et y apprendre deux ou trois choses intéressantes ; et y trouvera même peut-être ce qui compte le plus, c’est-à-dire l’envie de découvrir/réécouter quelques bonnes vieilles galettes.


Partager cet article

Repost 0
one more blog in the ghetto - dans Rock
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives